Nager entre deux chaises

~ ~ ~ Qui parle sème, qui écoute récolte

Ecrivain public : les mots des autres

Ici c’est Abdou. Pas Abderrahmane Marzouki. Au quartier Sanitas, tout le monde l’appelle par son surnom. Ecrivain public salarié de Régie Plus, le service qu’il rend est gratuit pour les usagers Derrière son bureau, l’homme l’affirme : « j’aime écrire. Pas pour moi mais au service de ceux qui ne savent pas, qui ne comprennent pas les courriers administratifs ou qui sont fâchés avec l’écriture. »

En fait, il fait bien plus. « Il arrive qu’on m’appelle en me disant  » j’ai un problème ». » Et Abdou doit aider à le résoudre. Déchiffrer un courrier de la préfecture est une chose, guider la personne vers les personnes adéquates en est une autre. Tout cela, il faut le gérer sans remplacer les autres services du quartier. Alors à chaque début de rendez-vous, Abdou demande : « Qu’est-ce qu’elle en dit votre assistante sociale ? » Mais, souvent Abdou est passé avant elle. A lui de convaincre ses visiteurs de la recontacter : « je ne suis pas assistante sociale, je ne l’oublie jamais. »

Au delà de son écoute, Abdou explique et conseille. Notamment ceux qui souhaitent recevoir la nationalité française. « Je cherche à les faire réflechir pourquoi ils veulent devenir français et ce que c’est. J’insiste sur la devise Liberté, Egalité et Fraternité, à laquelle j’ajoute Laïcité. Mon espoir est qu’un questionnement se déclenche. »

~ Photos. Xavier Ridon ~

Entre la carte du monde et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : son bureau désempli peu. Pourtant, le quartier n’est pas recouvert de publicité à sa gloire. La recette est plus simple. Le bouche à oreilles fait son succès. Depuis 8 ans à travailler comme écrivain public, sa qualité d’écoute et sa disponibilité ont rempli son agenda : « il est arrivé qu’on ne puisse pas prendre de rendez-vous avant deux semaines. »

Traducteur occasionel

Embauché à Régie plus en novembre 2011, Abdou travaillait avant pour le Centre Social géré par Sam’Ira. Si l’association a mis la clé sous la porte l’année dernière, Abdou, soutenu par la ville et la Caisse d’allocation familiale (CAF), a vite retrouvé son emploi. « Beaucoup de gens demandait le retour de ce service, car mon expérience, mon âge et le fait de ne pas être issu de la majorité visible en France rassurent ceux qui viennent d’ailleurs. » Arabophone, il n’est pas rare qu’il serve aussi de traducteur. Son slogan est compris par tous : « Une heure, un service » et il ajoute « ce service au public pourrait être un service public. »

Sa réputation va au delà du Sanitas, « certains ont changé de quartier et viennent toujours. » D’ailleurs, sourire aux lèvres, il évoque sa « une grande satisfaction quand les gens reviennent me voir. » Les souvenirs heureux sont nombreux : réfugiés politiques le saluant une fois devenus citoyens français ou migrants arborant fièrement leur carte d’électeur.

Mais, Abdou reste modeste : « mon savoir ne serait rien sans l’association. » Selon lui, il faut aussi aller au devant « ceux qui vivent avec les minima sociaux et ceux qui doivent toujours justifier leurs ressources. Il faut les aider à ce qu’ils aient plus confiance en eux. » Et pourquoi pas les amener à interpeller les députés, car Abdou regrette que « les plus démunis ne revendiquent rien. »

Prendre rendez-vous avec Abderrahmane Marzouki
02.47.20.68.77. 2, avenue du Général-de-Gaulle à Tours

Article publié dans tmv n°57 du 13 juin 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le juin 18, 2012 par dans Des mots, Reportage, Société, et est taguée , , , , , , , , .

Pour suivre ce blog, entrez votre adresse courriel.

Rejoignez 16 autres abonnés

Archives

%d blogueurs aiment cette page :